Mardi 25 juillet 2017

Vient de paraître > Pierre Stéphany : Ardennes 44

Publié le 30 août 2010 par dans la (les) catégorie(s) Brèves

Vient de paraître > Pierre Stéphany : Ardennes 44

Note : un commentaire critique du livre est aussi disponible sur ce site.

En septembre 1944, à Ver-Custinne, hameau de vingt feux entre Ciergnon et Celles, un peu à l’écart de la nationale qui va de Dînant à Neufchâteau en Belgique, une compagnie de la Wehrmacht s’était arrêtée quelques jours sur le chemin de la retraite. Elle avait logé dans l’école. Les Allemands partis, on vit, sur le tableau noir de la classe, qu’ils avaient laissé une phrase écrite à la craie.

L’instituteur, M. Crucifix, alla chercher un Belge des cantons de l’Est, annexés par l’Allemagne ; cet homme, fuyant les brimades nazies, avait trouvé refuge en face de l’école « chez Palmyre », la boutique du village. Il put traduire les mots écrits au tableau : « Nous reviendrons ».

Ils revinrent pour Noël.

Tout commence le 16 décembre 1944 à 5h30 : un bombardement nourri sur le front occidental – sur les hauts plateaux des Ardennes – marque le début de la contre-offensive d’Hitler pour stopper la progression alliée et avancer sur Anvers. L’opération militaire la plus importante des derniers mois de la Seconde Guerre mondiale est lancée. À l’automne 44, Hitler établit dans le plus grand secret les plans de l’opération : il s’agit de prendre par surprise l’armée anglaise et les lignes américaines en perçant le front allié sur son flanc le plus faible, les Ardennes.
Face à la violence de l’attaque allemande, aux ruses et aux stratagèmes ourdis par le Führer lui-même (notamment l’opération Greif : quelques milliers de soldats allemands parlant anglais et revêtus d’uniformes américains tentent de semer la confusion dans les rangs alliés), la réponse américaine ne tarde pas : Eisenhower envoie toutes les forces blindées en direction des Ardennes.

De la préparation de l’offensive à la description des combats en passant par l’évocation de la vie des civils durant cet hiver le plus long et le plus rude du conflit mondial, Pierre Stéphany retrace les événements d’une bataille « éclair » (34 jours de combats) intense, lourde en pertes humaines et matérielles. La Bataille des Ardennes, qui se termine fin janvier 45 après le refoulement des Allemands au-delà de leur ligne de départ, demeure un tournant décisif de la Seconde Guerre.

Un livre captivant sur une bataille qui ne fut pas une simple péripétie survenue pendant les derniers mois de la guerre, mais bien un engagement comparable à la Bataille de Normandie. L’auteur y rapporte des témoignages inédits et dresse le portrait des principaux protagonistes (Hitler, Skorzeny, Eisenhower, Patton, Montgomery…) avec un grand réalisme. Il s’inscrit dans la ligne du souvenir très présent que la Seconde Guerre mondiale suscite encore aujourd’hui dans les esprits.

Une carte détaillée met en lumière le théâtre des opérations et les lieux (localités, cours d’eau, axes routiers) que pourra ainsi mieux se figurer le lecteur. Un cahier photos témoigne de la rudesse des conditions climatiques et de la violence des combats.

L’auteur

Pierre Stéphany est journaliste et historien. L’histoire de la vie quotidienne est le thème de plusieurs de ses livres : sur l’Entre-deux-guerres, les années 50, la Régence, l’occupation allemande. Il est l’auteur de 1929, La Première Grande Crise chez Ixelles Éditions.

Source : communiqué de presse.


Pierre Stéphany
ARDENNES 44
LA DERNIÈRE OFFENSIVE ALLEMANDE

Ixelles éditions, Paris, 2010, 352 pages.

| | Partagez

Mots-clés : ,

Commentez cet article

Veuillez respecter les champs obligatoires. Votre courriel restera confidentiel.

Ce site supporte les gravatars.

Vous pouvez employer ces balises HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>