Samedi 21 octobre 2017

Vient de paraître > Iegor Gran : L’écologie en bas de chez moi

Publié le 14 mai 2011 par dans la (les) catégorie(s) Brèves

Vient de paraître > Iegor Gran : L’écologie en bas de chez moi

Il semble qu’aujourd’hui le développement durable soit la seule idéologie qu’il nous reste. De facture relativement récente, on la retrouve cependant partout, tout le temps. Elle accommode l’école, bien sûr, mais aussi le travail, le supermarché, la politique… Le Pape même s’y est mis. Sujet incontournable, consensuel ou presque…

Iégor Gran a voulu comprendre. Était-il le seul à sentir le grotesque des discours moralisateurs, l’insupportable opportunisme marchand des uns et des autres, le culte du déchet, et cette curieuse manière d’idolâtrer la science – quand elle prédit l’avenir – tout en la rejetant quand elle est moteur de progrès ?… Comment font les français, ce peuple frondeur (au moins en paroles, sinon dans les actes), pour accepter ce culte du geste symbolique, cette immodération vers le bien pratiquée à dose homéopathique et imposée à tout le monde ?

Le plus terrible dans ce déferlement de bonne conscience, c’est que l’on nous invite à ne plus penser. À mettre un sérieux bémol à la culture et à la civilisation au nom d’un danger imminent.

Et comme le développement durable est une idéologie transversale, il permet d’aborder les sujets aussi variés (et passionnés) que les limites de la science, l’opportunisme politique, l’économie de marché, les rapports Nord-Sud, l’avenir de la civilisation, le rapport aux croyances, le rôle de la culture, etc. Iégor Gran ne s’en est évidemment pas privé, concevant son livre comme un arbre de Noël : sur le tronc central de la discussion de fond, il a accroché des notes de bas de page où il explore certains abysses de la bêtise humaine tout en faisant avancer le récit. Car il s’agit d’un récit tout autant qu’un essai, d’une autofiction tout autant qu’un roman.

L’auteur

Iegor Gran est un écrivain français né à Moscou en 1964. D’origine russe, il arrive en France à l’âge de dix ans. Il publie son œuvre sous le nom de sa femme. Auteur de plusieurs livres remarqués, il obtient en 2003 le Grand Prix de l’humour noir pour ONG !, récit de la guerre picrocholine entre deux ONG – une s’occupant d’enfants malades, l’autre d’environnement – qui occupent le même immeuble. En 2006, il publie Les Trois Vies de Lucie, livre qui relève de la littérature sous contrainte, puisque trois histoires différentes apparaissent selon que l’on lit la page de droite, la page de gauche ou les deux. Il a publié toute son œuvre chez P.O.L. (source : Wikipédia).

Jean-François Nadeau a publié une présentation critique de ce livre dans l’édition du 30 avril 2011 du Devoir. Les premières pages du livre peuvent être lues en format PDF.

Source : communiqué de presse.


Iegor Gran
L’ÉCOLOGIE EN BAS DE CHEZ MOI
P.O.L., Paris, 2011, 224 pages.

| | Partagez

Mots-clés : , , ,

Commentez cet article

Veuillez respecter les champs obligatoires. Votre courriel restera confidentiel.

Ce site supporte les gravatars.

Vous pouvez employer ces balises HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>