Samedi 21 octobre 2017

Vient de paraître > Augustin Berque : Histoire de l’habitat idéal

Publié le 22 mai 2011 par dans la (les) catégorie(s) Brèves

Vient de paraître > Augustin Berque : Histoire de l’habitat idéal

C’est l’histoire des raisons pour lesquelles la société urbaine des pays riches en est venue à idéaliser le modèle de l’habitation individuelle au plus près de la nature. De ses plus anciennes expressions mythologiques jusqu’à l’urbain diffus contemporain, cette histoire couvre plus de trois millénaires. Elle aboutit aujourd’hui à un paradoxe insoutenable : la quête de “la nature” (en termes de paysage) détruit son objet même : la nature (en termes d’écosystèmes et de biosphère). Associée à l’automobile, la maison individuelle est effectivement devenue le motif directeur d’un genre de vie dont l’empreinte écologique démesurée entraîne une surconsommation insoutenable à long terme des ressources de la nature.

Les deux premières parties de l’ouvrage sont historiques. Elles portent principalement sur l’Asie orientale, où est apparue la notion de paysage – décisive en la matière -, tout en opérant de multiples recoupements avec l’Europe, et en montrant la confluence, à partir du XVIIIe siècle, des diverses filiations d’où est issu l’idéal de l’habitation hors de la ville, au sein de “la nature”. La troisième partie porte sur les tendances générales de l’habitat contemporain dans les pays riches (Amérique du Nord, Europe occidentale, Japon…) en soulignant leur double effet sur la nature : externe (sur l’environnement) et interne (sur les fondements ontologiques de l’être humain).

Le cadre théorique est celui de la mésologie (l’étude des milieux humains), c’est-à-dire l’approche onto-géographique des questions environnementales. Dépassant le clivage Orient-Occident, ce livre montre les analogies profondes qui, là comme ailleurs, instituent d’un même mouvement la personne et l’écoumène, relation de l’humanité à l’étendue terrestre. Il montre comment le déni moderne de ce déploiement de l’être, aliénant le sujet humain de son milieu concret, a peu à peu découplé notre monde de la base qui lui donne substance : la Terre.

Et, hors les murs où le paradigme moderne a enfermé l’être, il propose une piste pour recouvrer cette indispensable assise.

L’auteur

Géographe et orientaliste, Augustin Berque est directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales. Auteur de nombreux ouvrages sur la relation des sociétés humaines à leur environnement, au Japon en particulier, il a été en 2009 le premier occidental à recevoir le Grand Prix de Fukuoka pour les cultures d’Asie.

Dalie Giroux a écrit une présentation critique de ce livre dans le Devoir du vendredi 30 décembre 2010.

Source : communiqué de presse.


Augustin Berque
HISTOIRE DE L’HABITAT IDÉAL
DE L’ORIENT VERS L’OCCIDENT

Le Félin, Paris, 2010, 392 pages.

| | Partagez

Mots-clés : , , ,

Commentez cet article

Veuillez respecter les champs obligatoires. Votre courriel restera confidentiel.

Ce site supporte les gravatars.

Vous pouvez employer ces balises HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>