Jeudi 17 août 2017

Vient de paraître > Amédée Papineau : Journal d’un fils de la liberté 1838-1855

Publié le 11 mars 2010 par dans la (les) catégorie(s) Brèves

Vient de paraître > Amédée Papineau : Journal d’un fils de la liberté 1838-1855

Déjà auteur, militant politique et exilé à dix-huit ans, Amédée Papineau a connu un destin hors du commun. Fils aîné de Louis-Joseph Papineau et de Julie Bruneau, personnage original et libre-penseur, il a fait preuve d’une indépendance d’esprit qui l’a, écrivait-il, «jeté en dehors de la politique actuelle de [son] pays».

Le journal d’Amédée Papineau révèle un jeune – homme qui s’intéresse à tout ce qui bouge à son époque: – philosophie, économie, politique et religion, littérature, théâtre et opéra, sciences et techniques, architecture et horticulture, sans négliger l’histoire et un culte particulier pour la famille et les ancêtres. Membre fondateur de l’Association des Fils de la Liberté et de la Société des amis, membre de l’Institut canadien de Montréal, il considère les livres comme la première des quatre «récréations dignes de l’homme», les autres étant «les femmes, la chasse et la pêche».

Le Journal d’un Fils de la Liberté comprend sept «livres». Il s’ouvre sur les «événements» de 1837-1838 et se poursuit jusqu’au milieu des années 1850 au moment où, marié à Marie Westcott, une riche Américaine, l’auteur est protonotaire à Montréal.

Georges Aubin a préparé pour le Septentrion l’édition du Journal d’un patriote exilé en Australie de François-Maurice Lepailleur, des Lettres à Judith de Siméon Marchesseault, des Souvenirs de jeunesse, d’Amédée Papineau et de Lettres de femmes au XIXe siècle (en collaboration avec Renée Blanchet).

Source : communiqué de presse.


Amédée Papineau (Texte établi par Georges Aubin)
JOURNAL D’UN FILS DE LA LIBERTÉ 1838-1855
Nouvelle édition avec index
Septentrion, Montréal, 1050 pages.

| | Partagez

Mots-clés : ,

Il y a un commentaire pour l'article “Vient de paraître > Amédée Papineau : Journal d’un fils de la liberté 1838-1855”.

  1. Roger Latour 12 March 2010 à 07:55 #

    Parce qu’on ne peut jamais assez…copier. Mais voilà je lis ce billet sur un sujet qui m’intéresse. À mon habitude je veux copier les références biblio afin d evérifier la dispo (merde d’ailleurs je ne peux éditer mon commentaire par copie coller) au catalogue Iris de la
    J’abandonne et recevez donc ce message illisible!(remerde)Bibliothèque Nationale


Commentez cet article

Veuillez respecter les champs obligatoires. Votre courriel restera confidentiel.

Ce site supporte les gravatars.

Vous pouvez employer ces balises HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>