Mardi 25 juillet 2017

Vient de paraître > Victor-Lévy Beaulieu : Monsieur de Voltaire

Publié le 17 novembre 2010 par dans la (les) catégorie(s) Brèves

Vient de paraître > Victor-Lévy Beaulieu : Monsieur de Voltaire

Faisant face à de graves problèmes de santé physique et mentale, un écrivain dans la quarantaine échoue volontairement dans une maison d’enfermement. Comme il va y passer deux mois, il a pris la précaution d’apporter les ouvrages de M. de Voltaire avec lui. Tout en essayant de se refaire une santé, il lit, retrouvant la passion de vivre qu’il croyait avoir perdue. Il découvre surtout qu’en M. de Voltaire, on rejoint la monstruosité dans son totalitarisme. M. de Voltaire n’a pas été que le premier écrivain professionnel de l’Occident : il fut aussi un être profondément abject, un intrigant de premier ordre, un courtisan sans pareil, un financier cupide et un oncle incestueux. Mais quel écrivain aussi! L’auteur de Candide bien sûr, celui du Dictionnaire philosophique, celui des Facéties, textes hautement polémiques, celui de Mérope et de Zaïre, fondements de la tragédie dramatique française, celui de plus de 15 000 lettres écrites au cours d’une vie et d’une oeuvre qui ont donné tout son sens à la littérature moderne. Par sa monstruosité, M. de Voltaire a occupé tous les champs du discours! C’est en interrogeant cette monstruosité qu’échoué volontairement dans une maison d’enfermement, un écrivain québécois, 300 ans après la naissance de M. de Voltaire renaît de ses cendres, en sphinx indomptable et indompté.

« Dans cet essai très libre au charme secret, VLB traite à sa façon du raffinement mondain des Lumières. En se fiant à sa puissante intuition, il en arrive à des conclusions qui, si fantaisistes qu’elles paraissent être, se rapprochent de celles auxquelles aboutit la très sérieuse et très érudite Benedetta Craveri. Beaulieu soutient que la démesure de la conversation voltairienne “fonde une nouvelle pratique de la littérature, celle de l’écrivain se situant au-dessus de tout”. Le solitaire de Notre-Dame-des-Neiges se reconnaît dans la “monstruosité totalitaire” de ce “surhomme”. Le délire érotique qui s’insinue dans les lettres de Voltaire prouve à Beaulieu que, sous les raffinements mondains, se cache le souffle vital de la littérature. Désintoxiqué de tout et replongé dans les profondeurs de son propre génie, Victor-Lévy Beaulieu accuse Voltaire, à demi-mot, de dénigrer par anticipation la nature sauvage de la littérature québécoise et d’oublier que l’écriture existe uniquement pour changer le monde. » — Michel Lapierre, Le Devoir

« Je suis convaincu plus que jamais que les collégiens québécois devraient étudier Voltaire par l’intermédiaire de la romancerie de VLB. » — Jean-François Crépeau, Le Canada français

L’auteur

Victor-Lévy Beaulieu possède une impressionnante feuille de route que vous pourrez consulter sur le site des éditions de Trois-Pistoles.

Source : communiqué de presse.


Victor-Lévy Beaulieu
MONSIEUR DE VOLTAIRE
Boréal Compact, Montréal, 2010,

| | Partagez

Mots-clés : ,

Commentez cet article

Veuillez respecter les champs obligatoires. Votre courriel restera confidentiel.

Ce site supporte les gravatars.

Vous pouvez employer ces balises HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>