Mercredi 18 octobre 2017

Vient de paraître > Matthew R. Crawford : Éloge du carburateur

Publié le 13 octobre 2010 par dans la (les) catégorie(s) Brèves

Vient de paraître > Matthew R. Crawford : Éloge du carburateur

Alors que tout semble en place, dans la société d’aujourd’hui, pour assurer notre bonheur, celui-ci échappe à de plus en plus de gens qui n’arrivent pas à se raccrocher à des valeurs qui les satisfassent. Le monde moderne évacue plus en plus tout ce qui n’est pas technologie du savoir, travail intellectuel, consommation et… surconsommation. Le travail manuel, les métiers qui, traditionnellement, étaient valorisés et source de fierté, sont maintenant relégués au grenier de l’histoire. Il en est ainsi dans la vie quotidienne: ce que l’on fabriquait hier, aujourd’hui on l’achète, ce qu’on réparait soi-même, on le remplace.

« Nous avons de moins en moins d’occasions de vivre ces moments de ferveur créative où nous nous saisissons des objets matériels et les faisons nôtres », écrit Matthew R. Crawford.

« Que devenons-nous quand ce type d’expérience disparaît de notre existence ? demande l’auteur. Quelles en sont les conséquences pour notre pleine réalisation ? Travailleurs et consommateurs, nous sentons bien que nos vies sont contraintes par des forces impersonnelles qui agissent sur nous à distance. Mais pour avoir la moindre prise sur le monde, ne nous faut-il pas avoir un minimum de capacité d’agir matériellement sur lui ? »

Brillant universitaire, très bien payé pour travailler dans un think-tank à Washington, Matthew R. Crawford a fait le saut vers une vie tissée de bonheur… fait main. Déprimé après plusieurs années de travail essentiellement intellectuel, il a démissionné pour ouvrir un atelier de réparation de motos, où il s’est débarrassé d’un intense sentiment d’inutilité et s’est réapproprié le sens de sa vie.

Mêlant anecdotes, récit et réflexions philosophiques et sociologiques, il redonne sa valeur au fait de fabriquer ou de réparer des objets, et révèle que le travail manuel peut être beaucoup plus captivant d’un point de vue intellectuel que tous les nouveaux emplois de l’économie du savoir. C’est la victoire du local contre le global, du petit contre le gros, du lent contre le rapide.

Best-seller du New York Times, louangé par la critique, ce livre propose un regard neuf et très à propos sur cette époque de crise économique.

Source : communiqué de presse.


Matthew R. Crawford
ÉLOGE DU CARBURATEUR
ESSAI SUR LE SENS ET LA VALEUR DU TRAVAIL

Éditions Logiques, Montréal, 2010, 237 pages.

| | Partagez

Mots-clés : , ,

Commentez cet article

Veuillez respecter les champs obligatoires. Votre courriel restera confidentiel.

Ce site supporte les gravatars.

Vous pouvez employer ces balises HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>