Lundi 23 octobre 2017

Vient de paraître > Jocelyne Béïque : Saint-Camille, le pari de la convivialité

Publié le 03 mars 2011 par dans la (les) catégorie(s) Brèves

Vient de paraître > Jocelyne Béïque : Saint-Camille, le pari de la convivialité

Le développement des pôles urbains au détriment des zones rurales est une réalité depuis longtemps décriée. Les campagnes se vident, posant un véritable problème d’occupation du territoire. Et si l’avenir de nos régions passait par une nouvelle façon de penser la vie rurale et une plus grande prise en charge de notre destinée? Depuis 25 ans déjà, la communauté de Saint-Camille a refusé l’inéluctable, retroussé ses manches et pris son avenir en main.

Afin d’enrayer la chute démographique, quatre habitants ont créé un fonds éthique de financement de proximité, le Groupe du coin. L’objectif : racheter des locaux inutilisés, les transformer pour en faire des lieux attractifs et rassembleurs, créateurs de services de proximité et susceptibles de ramener la population au village. C’est ainsi que le magasin général est devenu Le P’tit Bonheur, centre culturel et communautaire où l’on peut se retrouver pour déguster une pizza « maison » et voir un concert. Puis, c’est au tour du presbytère d’être transformé en coopérative d’habitation pour personnes âgées et en coopérative de soins et services, appelée La Corvée.

Ce ne sont pas les lieux qui font Saint-Camille, mais l’art de la convivialité, de l’accueil, un espace de concertation, incontournable, laissé ouvert à tous, et une capacité à se réinventer collectivement. Cette communauté a eu l’audace de penser un développement axé sur le bien commun. C’est en s’inspirant d’un modèle comme Saint-Camille que nos régions se réapproprieront la place qui leur revient et que le Québec retrouvera une vitalité démocratique.

L’auteur

Jocelyne Béïque a étudié les Beaux-Arts à Québec. Après avoir travaillé pendant plus de 20 ans dans le milieu de la mode à Montréal, elle passe les 10 années suivantes dans le milieu communautaire montréalais. Avec une maîtrise en psychopédagogie, elle part au Guatemala en tant que bénévole dans un orphelinat. De retour au Québec, elle fonde avec des amis une maison d’accueil en milieu rural, en Estrie.

Source : communiqué de presse.


Jocelyne Béïque
SAINT-CAMILLE, LE PARI DE LA CONVIVIALITÉ
Ecosociété, Montréal, 2011, 192 pages.

| | Partagez

Mots-clés : , , ,

Il y a un commentaire pour l'article “Vient de paraître > Jocelyne Béïque : Saint-Camille, le pari de la convivialité”.

  1. Carol Poulin 23 August 2014 à 10:40 #

    Chère Jocelyne,
    Un beau chemin parcouru et une belle aventure de St-Camille.
    Un beau souvenir aussi des Beaux-Arts de Québec.
    Une belle inspiration.
    carolpoulin@videotron.ca


Commentez cet article

Veuillez respecter les champs obligatoires. Votre courriel restera confidentiel.

Ce site supporte les gravatars.

Vous pouvez employer ces balises HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>