Jeudi 22 juin 2017

Olivier Delcroix : Générations Hergé

Publié le 12 mars 2015 par dans la (les) catégorie(s) Articles

Olivier Delcroix : Générations Hergé

Hergé et son personnage Tintin sont de véritables mythes dans l’univers de la bande dessinée. Lorsque j’ai vu le livre de Delcroix sur le présentoir, je me suis dit que c’était l’occasion d’en apprendre un peu plus à ce sujet.

Dès les premières pages, il est évident qu’en écrivant ce livre, Olivier Delcroix, journaliste au Figaro, se fait plaisir. Grand admirateur de Hergé et de son oeuvre, il visite certains des lieux les plus importants en lien avec le célèbre auteur, tel que l’édifice des éditions du Lombard où est publié le journal Tintin, les Studios Hergé, la maison du bédéiste à Céroux-Mousty et le château de Cheverny, édifice qui servit d’inspiration pour créer le château de Moulinsart. Partout où il se rend, il se remémore des discussions avec son défunt père, qui était lui aussi un grand admirateur du reporter à la houppe.

Olivier Delcroix rencontre aussi certaines personnes qui ont participé, de près ou de loin, à la genèse de l’oeuvre de Hergé. C’est ainsi qu’il réussi à rencontrer Tchang Tchong-Jen – un rendez-vous qui prendra 6 ans avant de se concrétiser – un artiste chinois qui aura une profonde influence sur la genèse de l’oeuvre de Hergé. C’est lui qui, en 1934, invita Hergé à aller au-delà de certaines idées préconçues à propos de la Chine et à effectuer un travail de recherche avant d’esquisser une aventure pour Tintin dans cette culture si particulière. Pendant huit mois, les deux se rencontreront à tous les dimanches afin d’échanger à propos de ce pays dont il n’existait à l’époque que si peu de littérature ou de photographies. Tchang Tchong-Jen enseigne même certaines techniques de dessins à Hergé, enseignement qui changera durablement sa façon de composer les images de ses planches. De ces rencontres naquit une amitié, et c’est en son honneur qu’il nomme un personnage Tchang (Le Lotus Bleu et Tintin au Tibet).

Au fil des pages, on découvre non seulement un peu plus de l’oeuvre de Hergé, mais surtout, on plonge dans la passion d’un vrai tintinophile, et c’est probablement plus cet aspect dont je vais me rappeler. S’il est intéressant de savoir que la signature de Tchang Tchong-Jen apparaît discrètement dans cinq cases du Lotus Bleu, il est encore plus fascinant de constater que non seulement Olivier Delcroix voue pour l’univers de Hergé une magnifique passion, mais de constater que cette passion lui a permis d’aller se promener dans des endroits et de rencontrer des personnes en lien direct avec l’univers de Hergé et de Tintin. Ce faisant, tout en préparant la matière qui allait servir à écrire ce livre, il réalisait probablement un rêve qu’enfant il caressait.

| | Partagez

Mots-clés : , ,

Commentez cet article

Veuillez respecter les champs obligatoires. Votre courriel restera confidentiel.

Ce site supporte les gravatars.

Vous pouvez employer ces balises HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>