Lundi 23 octobre 2017

Michelle Blanc, Nadia Seraiocco : Les médias sociaux 101

Publié le 20 novembre 2010 par dans la (les) catégorie(s) Articles

Michelle Blanc, Nadia Seraiocco : Les médias sociaux 101

Le Centre francophone d’information des organisations (CEFRIO) a récemment publié les résultats d’une étude à propos de l’utilisation par les Québécois des médias sociaux (MS). Selon leur sondage, en 2010, plus de trois quarts (78 %) des internautes québécois ont fréquenté au moins un MS, que ce soit un réseau social, un blogue ou un micro-blogue, les plus populaires étant Facebook et LinkedIn. Ces données n’ont rien d’étonnant et viennent confirmer ce phénomène techno-sociologique issu du Web 2.0.

Plus important encore, cette étude souligne qu’en dehors de l’augmentation de la fréquence d’utilisation des MS, ce sont leur pouvoir d’influence qui est confirmée. Le CEFRIO a établi que 74 % des internautes qui y consultent des avis ou recommandations sont influencés par ce qu’ils y lisent. Cette information vient confirmer le sous-titre du livre de Michelle Blanc, consultante et spécialiste des médias sociaux : « Le réseau mondial des beaux-frères et des belles-sœurs ».

Dans son livre intitulé Les médias sociaux 101, Michelle Blanc présente l’univers des MS ainsi que les règles qui régissent leur utilisation. Pour illustrer son propos, elle présente des cas d’utilisations possibles des MS, tels les messages de l’entreprise Maple Leaf durant la crise de la listériose et la campagne de Barack Obama à l’automne 2008. Puisant à même son expérience personnelle, elle introduit ensuite des cas d’entreprises qui n’ont pas su faire preuve de « netiquette », ces règles de bienséance qui régissent les interactions sur les MS, et dont certaines n’ont pas su en gérer les contrecoups.

Élément intéressant, Michelle Blanc aborde la délicate question concernant la transparence et la rétention de l’information avec le Web 2.0. Les entreprises peuvent ne pas voir d’un bon œil le fait de faire circuler n’importe quel genre d’information à leur sujet, encore moins à laisser des idées ou des concepts se promener sur les MS de peur de se les faire voler. Pourtant, Michelle Blanc démontre que des entreprises ont su bien profiter des rétroactions que permet le Web 2.0. Elle cite l’entreprise Cisco qui, en 1998, a invité ses clients à partager sur des groupes de discussions ouverts à tous les problèmes qu’ils rencontraient avec leurs produits. L’exercice consistait pour les clients à partager leurs problèmes, et, pour Cisco, à partager leurs solutions afin que toute la communauté d’utilisateurs en profite.

Si Michelle Blanc affirme que le piège premier à éviter avec les MS est de ne pas y être, elle ne stipule toutefois pas quand il faut y être. Ainsi, ce livre, construit à partir des 2 000 billets écrits sur le blogue de cette spécialiste en MS, permettra aux entreprises qui planifient de s’y implanter d’être outillées en conséquence afin de bien négocier leur entrée dans cet univers particulier. Car c’est bien d’une négociation qu’il s’agit, considérant que certaines entreprises devront revoir des aspects de leur politique de communication avant de faire le grand saut. Au pis aller, si une entreprise ne juge pas ce livre assez complet, elle saura à quelle consultante faire appel.


Michelle Blanc, Nadia Seraiocco
LES MÉDIAS SOCIAUX 101
LE RÉSEAU MONDIAL DES BEAUX-FRÈRES ET DES BELLES-SOEURS

Les éditions Logiques, Montréal, 2010, 181 pages.

| | Partagez

Mots-clés : , , ,

Commentez cet article

Veuillez respecter les champs obligatoires. Votre courriel restera confidentiel.

Ce site supporte les gravatars.

Vous pouvez employer ces balises HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>