Lundi 23 octobre 2017

Margaret Atwood : Comptes et légendes

Publié le 15 avril 2010 par dans la (les) catégorie(s) Articles

Margaret Atwood : Comptes et légendes

Le livre de Margaret Atwood s’ouvre sur cette anecdote : le naturaliste canadien Ernest Thompson Seton reçut le jour de son 21ième anniversaire, le relevé de toutes les dépenses liées à son enfance et à sa jeunesse, y compris les honoraires du médecin qui l’a mis au monde. Le plus étonnant est qu’il aurait apparemment remboursé. Ainsi, dès le début de son essai, Margaret Atwood soulève cette question : « Du simple fait d’exister, devons-nous quelque chose à quelqu’un? Si cela était, que devons-nous, et à qui? Et comment devons-nous rembourser? » (p.9)

Margaret Atwood est une écrivaine canadienne dont la notoriété va bien au-delà des frontières du pays. Romancière, poétesse et critique littéraire, elle est récipiendaire de nombreuses distinctions, dont le Booker Prize en 2000 pour son roman The Blind Assassin (Le tueur aveugle). En 2008, elle s’est mérité le prix Prince des Asturies (Espagne) pour l’ensemble de son œuvre.

Dans son livre Comptes et légendes, elle analyse le rapport qui unit un débiteur à un créancier. Ce lien, souvent appelé dette, occupe une place bien particulière dans l’imaginaire occidental. Au fil des chapitres, Margaret Atwood présente les différentes déclinaisons que peut prendre une dette et analyse les types de relation que les gens entretiennent avec celle-ci. Elle construit son analyse sur des textes majeurs de la littérature occidentale, dont la Bible, L’Odyssée d’Homère, le conte de Charles Dickens intitulé Un chant de Noël – conte dont l’un des personnages est l’inénarrable Ebenezer Scrooge – et Le Marchand de Venise de Shakespeare, pour ne nommer que ceux-ci.

Au passage, elle agrémente le texte de certains souvenirs d’enfance qui feront sourire à tout coup les habitués de Margaret Atwood. Un petit essai tout à fait génial qui illustre bien l’importance de la dette dans la littérature et l’imaginaire occidental.


Margaret Atwood
COMPTES ET LÉGENDES
LA DETTE ET LA FACE CACHÉE DE LA RICHESSE

Boréal, Montréal, 2009, 199 pages.

| | Partagez

Mots-clés : , , ,

Commentez cet article

Veuillez respecter les champs obligatoires. Votre courriel restera confidentiel.

Ce site supporte les gravatars.

Vous pouvez employer ces balises HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>