Samedi 21 octobre 2017

La liseuse électronique, le nouveau Big Brother?

Publié le 08 janvier 2011 par dans la (les) catégorie(s) Billets

La liseuse électronique, le nouveau Big Brother?

Dans l’édition du vendredi 7 janvier 2011 du journal Le Devoir, la journaliste Isabelle Paré révélait que les lecteurs numériques, tels le Kindle de Amazon, le Nook de Barnes & Noble et le iPad de Apple, sont dotés de dispositifs intégrés permettant de suivre page à page le parcours du lecteur dans son livre électronique, et ce, partout à travers la planète. Ce faisant, ces appareils permettent de faire une magnifique analyse des habitudes de lecture de son utilisateur, mais surtout, de conserver cette information pour une durée indéterminée. C’est un véritable cheval de Troie que chaque lecteur de livre électronique intègre ainsi dans l’intimité de sa bibliothèque.

Certaines personnes interrogées par la journaliste soulèvent le fait que cette information offrirait la possibilité aux fabricants d’influencer les choix faits par les éditeurs, voire de moduler le style des écrivains. Mais, chose encore plus terrible, il sera aussi possible de censurer des sections de livres, voire d’effacer des ouvrages au complet. Cela c’est déjà produit en 2009 lorsqu’Amazon a tout simplement supprimé à distance deux livres, à savoir 1984 et Animal Farm de George Orwell, du Kindle des utilisateurs qui l’avaient téléchargé. La firme a agit ainsi à cause d’un litige qui l’opposait aux héritiers d’Orwell. Selon l’Electronic Frontier Foundation (EFF), un organisme américain dédié à la défense des droits des consommateurs à l’ère du numérique, aucune loi ne balise l’usage des données recueillies par le biais des liseuses.

Dans une récente entrevue au réseau NPR, Cindy Cohn, conseillère juridique à l’EFF, a soulevé le fait que les informations obtenues grâce à la géolocalisation pourraient servir lors de poursuites judiciaires, notamment pour prouver ou infirmer la véracité d’un alibi.

Toutefois, cette nouvelle comporte certains aspects positifs. Comme le souligne Gilles Herman, éditeur chez Septentrion, « ça va favoriser des formes littéraires, notamment les romans-feuilletons, dont le contenu peut évoluer en fonction de la réaction des lecteurs. Ou encore à des essais, auxquels pourront être ajoutés des tableaux informatifs, des repères historiques, etc. »

| | Partagez

Mots-clés : , , , ,

Il y a un commentaire pour l'article “La liseuse électronique, le nouveau Big Brother?”.

  1. Julien Lootens 25 January 2011 à 08:32 #

    Bonjour ! cela fait un peu peur et penser aux cartes de distributeur des supermarches qui analysent nos achats sans aucune vergogne en echange de quelques centimes de reduction par ci par la ! Je cherchais la page contact sur votre site pour vous proposer la lecture de mon livre/recit “Metro parisien, petits plaisirs du soir et du matin” mais impossible de trouver… Puis-je vous demander de me contacter par email quand vous avez un moment ? Bonne journee !


Commentez cet article

Veuillez respecter les champs obligatoires. Votre courriel restera confidentiel.

Ce site supporte les gravatars.

Vous pouvez employer ces balises HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>