Lundi 23 octobre 2017

Jacques Portes : L’impossible retour de la France

Publié le 01 décembre 2008 par dans la (les) catégorie(s) Articles

Jacques Portes : L’impossible retour de la France

En 1855, lorsque le commandant Paul-Henri Belvèze, commandant de division navale de Terre-Neuve, appareille la corvette La capricieuse en direction de la ville de Québec, sa mission est d’ordre commercial, avec trois objectifs bien précis : établir un consulat à Montréal, alléger des droits de douane sur certaines exportations françaises et obtenir l’entrée en franchise au Canada des morues françaises. Deux ans auparavant, lorsqu’il avait soumis ce projet à ses supérieurs, la France, sous la gouverne de Napoléon III, effectuait un rapprochement avec la Grande-Bretagne, jusqu’à être son allié durant la guerre de Crimée. Quant aux échanges commerciaux, hautement importants pour la France considérant les avantages inhérents à une alliance avec le puissant Royaume-Uni, bien que loin d’être idylliques, ils étaient promis à un bel avenir. Le ministre de la Marine, conscient du délicat travail qui doit être entrepris pour renforcer les liens avec Londres, donne le feu vert au commandant Belvèze, avec comme seule restriction que la mission doit rester strictement commerciale.

>> La suite de l’article est disponible sur le site du magazine littéraire Nuit blanche.


Jacques Portes
L’IMPOSSIBLE RETOUR DE LA FRANCE
DE « LA CAPRICIEUSE » À DE GAULLE

Vlb éditeur, Montréal, 2008, 109 pages.

| | Partagez

Mots-clés : ,

Commentez cet article

Veuillez respecter les champs obligatoires. Votre courriel restera confidentiel.

Ce site supporte les gravatars.

Vous pouvez employer ces balises HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>