Dimanche 22 octobre 2017

Vient de paraître > Michèle Fitoussi : Helena Rubinstein; La femme qui inventa la beauté

Publié le 19 novembre 2010 par dans la (les) catégorie(s) Brèves

Vient de paraître > Michèle Fitoussi : Helena Rubinstein; La femme qui inventa la beauté

Pour la plupart, Helena Rubinstein, c’est une marque de cosmétiques. Pour ceux qui en connaissent un peu plus, c’est une vieille femme richissime et autoritaire, qui a bâti un empire avec ses crèmes de beauté.

Née en 1872 en Pologne, dans une famille pauvre de juifs orthodoxes, elle grandit à Kazimierz, le quartier juif de Cracovie, et exerce son autorité en élevant ses sept soeurs cadettes. Un jour, elle claque la porte de chez elle parce qu’elle refuse le prétendant que son père veut lui faire épouser. Elle se réfugie d’abord chez une tante, à Vienne. Puis elle quitte tout pour s’installer en Australie chez ses oncles maternels. C’est là-bas que, s’improvisant chimiste, elle commence à soigner la peau burinée de la bourgeoisie locale à l’aide de la crème familiale ! Commence alors le roman vrai d’une femme devenue l’une des plus célèbres de son temps : une pionnière. Une avant-gardiste qui inventa la beauté.

En deux décennies à peine, Helena fabrique en quantités la crème donnée par sa mère, en invente des dizaines d’autres, ouvre des salons de beauté en Australie, à Londres, à Paris, à New York… Elle pousse les femmes du monde entier à prendre soin de leur peau, de leur corps, de leur maquillage, en mettant la science au service des cosmétiques.

Mariée à un juif américain d’origine polonaise, journaliste, éditeur, brillant publicitaire qui l’aide à établir son empire, elle rencontre tout ce qui compte dans le milieu de la culture et des arts: leurs amis s’appellent Poiret, Misia Sert, Cocteau, Colette, D.H. Lawrence, Man Ray, Louise de Vilmorin. Collectionneuse acharnée, elle est toujours précurseur. Elle est peinte par Dali, Dufy, Marie Laurencin, Helleu, dessinée par Picasso…

En 1928, elle vend son affaire à Lehman Brothers et la rachète un an plus tard, en pleine crise de 1929, empochant 6 millions de dollars. Partie de rien, elle devient la femme la plus riche d’Amérique. Tout ça du haut de son mètre quarante-sept et de ses talons de douze centimètres.

L’auteur

Née en 1954 à Tunis, éditorialiste à Elle, Michèle Fitoussi est l’auteure de plusieurs documents parmi lesquels La Prisonnière (1999), avec Malika Oufkir, best-seller mondial, et de romans parmi lesquels Le Dernier qui part ferme la maison (2004) et Victor (2007, adapté au cinéma).

Source : communiqué de presse.


Michèle Fitoussi
HELENA RUBINSTEIN : LA FEMME QUI INVENTA LA BEAUTÉ
Grasset, Paris, 2010, 492 pages.

| | Partagez

Mots-clés : , ,

Commentez cet article

Veuillez respecter les champs obligatoires. Votre courriel restera confidentiel.

Ce site supporte les gravatars.

Vous pouvez employer ces balises HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>