Mercredi 26 juillet 2017

Vient de paraître > Hugues Théorêt : Les Chemises bleues

Publié le 15 février 2013 par dans la (les) catégorie(s) Brèves

Vient de paraître > Hugues Théorêt : Les Chemises bleues

Dans cet essai, comme le sous-titre le laisse entendre, Hugues Théorêt a décidé de se pencher essentiellement sur le parcours journalistique et antisémite d’Adrien Arcand. Cet ouvrage se consacre spécifiquement à la campagne antisémite d’Adrien Arcand qui s’est déroulée en deux temps, soit de 1929 à 1940, puis de 1945 à 1967.

Ce livre s’adresse à la fois au grand public et au monde universitaire curieux d’en apprendre davantage sur ce ce personnage qui a influencé les négationnistes de ce monde qui persistent, encore de nos jours, à nier l’existence de l’Holocauste.

Longtemps occulté, Adrien Arcand est sorti de l’ombre depuis quelques années grâce, entre autres, à l’historien Jean-François Nadeau qui lui a consacré une excellente biographie en 2010 chez Lux éditeur. L’influence de cet extrémiste de droite dépasse la vallée du Saint-Laurent et s’étend au-delà de l’Atlantique. Au Québec et au Canada, le fascisme n’a jamais pris racines en raison, notamment du parlementarisme et de la démocratie qui constituaient des remparts infranchissables pour que pénètrent les idéologies d’extrême droite qui ont dominé des pays européens comme l’Allemagne et l’Italie durant l’entre-deux-guerres. Mais il en est autrement de son antisémitisme. Quelle forme prenait-il ? Où doit-on situer Adrien Arcand dans ce concert de propagande antisémite qui a retenti des deux côtés de l’Atlantique pendant plus de la moitié du XXe siècle ? Voilà à quoi répond ce livre qui est le fruit de longues années de recherche.

Encore de nos jours, Adrien Arcand compte des admirateurs partout dans le monde. Le plus connu de tous est certes le Germano-canadien, Ernst Zündel, qui a été libéré de prison en 2010. L’auteur Hugues Théorêt nous partage dans ce livre des extraits d’une entrevue exclusive que Zündel lui a accordée en mai 2012.

Ennemi de la nation pour les uns, héros pour les autres, Adrien Arcand a marqué à sa façon l’histoire du Québec et du Canada. Tantôt nationaliste canadien, tantôt monarchiste, tantôt disciple d’Hitler, tantôt ennemi du nazisme, tantôt anticonscriptionniste, tantôt pour la participation du Canada à la guerre, Arcand changeait souvent son fusil d’épaule. Mais une chose demeure. Il est toujours resté profondément catholique, anticommuniste et antisémite.

L’auteur

Né en 1969 à Salaberry-de-Valleyfield, Hugues Théorêt détient un baccalauréat et une maîtrise en histoire. Journaliste, relationniste de presse et conseiller en affaires intergouvernementales, il a aussi travaillé sur des séries documentaires télévisées sur l’histoire du Canada. En parallèle, il dirige une revue historique en Outaouais et prononce des conférences sur le fascisme et l’antisémitisme au Canada. Il poursuit présentement des études doctorales en histoire à l’Université d’Ottawa.

Source : communiqué de presse.


Hugues Théorêt
LES CHEMISES BLEUS D’ADRIEN ARCAND
ADRIEN ARCAND, JOURNALISTE ANTISÉMITE CANADIEN-FRANÇAIS
Septentrion, Québec, 2012, 416 pages

| | Partagez

Mots-clés : , , ,

Commentez cet article

Veuillez respecter les champs obligatoires. Votre courriel restera confidentiel.

Ce site supporte les gravatars.

Vous pouvez employer ces balises HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>