Mercredi 26 juillet 2017

Causerie > Denys Arcand et le Québec : Un rapport complexe? (17 avril 2012, 19 h)

Publié le 15 avril 2012 par dans la (les) catégorie(s) Événements

Causerie > Denys Arcand et le Québec : Un rapport complexe? (17 avril 2012, 19 h)

Causerie à l’occasion de la parution aux Éditions du Boréal de : Un Cynique chez les lyriques; Denys Arcand et le Québec, un essai de Carl Bergeron. Avec les commentaires de Denys Arcand.

Denys Arcand cultive une sensibilité en porte-à-faux avec les grands mythes collectifs qui ont forgé la société québécoise. Cette sensibilité, que certains ont qualifiée avec raison de “cynique” (mais sans avoir toujours conscience de la portée du mot), révèle une vision du monde profondément marquée par le poids des rapports de force et de l’Histoire. Elle a fait de Denys Arcand une observateur rare et précieux de notre époque et de notre société.

Dans ses documentaires puis dans ses films de fiction, Arcand explore à la fois la condition humaine et la condition québécoise, mais toujours à la lumière d’une vision désenchantée des rapports humains et sociaux. On est au coton, Duplessis et après…, Le confort et l’indifférence, Gina, Réjeanne Padovani, Le déclin de l’empire américain, Jésus de Montréal, Les invasions barbares et L’Âge des ténèbres constituent autant de titres évocateurs qui témoignent d’un attachement teinté de paradoxes au Québec, à travers lesquels l’artiste revisite lucidement la blessure à la fois artistique et politique que constitue le fait de vivre et de créer dans une petite nation.

Cinéaste québécois, Denys Arcand a 21 ans lorsqu’il commence sa carrière de scénaristeréalisateur à l’ONF où il réalise des documentaires de 1962 à 1972. Il rejoint ensuite l’industrie privée et réalise des longs métrages de fiction. En 1986, il réalise le premier grand succès international du cinéma québécois : Le déclin de l’empire américain. En 2003, Les invasions barbares est un triomphe national et international récompensé, entre autres de deux prix au Festival de Cannes et de l’Oscar du meilleur film étranger.

Carl Bergeron est né en 1980. Essayiste, il est diplômé en science politique et en littérature française de l’Université de Montréal. Engagé dans la vie intellectuelle québécoise, il est membre du comité de rédaction de la revue Argument et chroniqueur littéraire pour L’Inconvénient. Il est l’auteur de Un cynique chez les lyriques – Denys Arcand et le Québec.

Animation
Mathieu Bock-Côté est sociologue et chroniqueur. Ses travaux portent sur la sociologie de la question nationale, l’histoire des idées politiques québécoises, le conservatisme et la transformation des idéologies dans la société occidentale contemporaine. Il vient de publier Fin de cycle. Aux origines du malaise québécois. (Boréal, 2012)

La causerie a lieu le mardi 17 avril à 19 h à la librairie Olivieri.

Prix : Entrée libre, réservations obligatoires (514-739-3639)
Lieu :  Librairie Olivieri (5219 chemin de la Côte-des-Neiges, à deux pas du métro Côte-des-Neiges)

Source : communiqué de presse. 

| | Partagez

Mots-clés : , ,

Commentez cet article

Veuillez respecter les champs obligatoires. Votre courriel restera confidentiel.

Ce site supporte les gravatars.

Vous pouvez employer ces balises HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>