Jeudi 02 octobre 2014

Quelques généralités sur le livre, le lecteur et la lecture

Sur le lecteur

Daniel Pennac a dressé la liste des droits imprescriptibles d’un lecteur (source : Comme un roman). Car lire est d’abord et avant tout un plaisir auquel il faut s’adonner à son rythme, à sa façon. Pour son plaisir.

franz eybl - jeune fille lisant

Franz Eybl : Jeune fille lisant

Voici ces droits:

  1. Le droit de ne pas lire.
  2. Le droit de sauter des pages (1).
  3. Le droit de ne pas finir un livre.
  4. Le droit de relire.
  5. Le droit de lire n’importe quoi.
  6. Le droit au bovarysme (2).
  7. Le droit de lire n’importe où.
  8. Le droit de grappiller.
  9. Le droit de lire à haute voix.
  10. Le droit de nous taire.

L’auteur souligne aussi que le verbe lire ne peut supporter l’impératif. Imaginez la scène où un individu, quelque soit son statut social, pointe du doigt un livre en s’exprimant : “Lis!”. Ça tombe à plat, n’est-ce pas?

Sur la lecture

Sur la lecture, quelques livres magnifiques ont été écrit. Voici mes deux préférés :

  • Marcel Proust : Sur la lecture (4). Bien entendu, Marcel Proust peut effrayer avec ses longues phrases qui n’en finissent plus. Personnellement, il m’intimidait, surtout parce qu’il s’agissait de l’auteur préféré de mon père, Thierry Hentsch, un grand intellectuel malheureusement décédé. Lorsque je me suis décidé à plonger dans ce livre, qui ne compte qu’une trentaine de pages, j’ai été littéralement charmé.  Quelle beauté. Pour celles et ceux qui savent le plaisir de lire, tout y est. Tout y est.
  • Alberto Mangel : Une Histoire de la lecture. Un essai sur la lecture tout à fait fascinant. On y apprend, entre autres choses, que Augustin a été le précurseur de la lecture … Silencieuse. Jusqu’à cette époque, il était coutume de lire à voix haute. Un essai fascinant.

Sur la non lecture, il existe un article très juste écrit par Nicholas Carr intitulé : “Is Google Making Us Stupid?” (The Atlantic). Sans être alarmant, il constate que l’utilisation du web et de la lecture sur l’écran fait en sorte qu’une personne peut facilement perdre l’habitude de lire des textes dont la longueur va au-delà de trois paragraphes (5).

Notes:

(1) : Pennac conseille cette façon de lire aux enfants afin qu’ils puissent plonger sans retenue dans la lecture des classiques réputés inaccessibles de par leur longueur, tel Moby Dick. Pennac souligne que c’est ainsi qu’il a pu lire Guerre et Paix, en sautant les trois quarts du livre.

(2) : Le bovarysme fait ici référence à une « satisfaction immédiate et exclusive de nos sensations ».

(3) : Grappiller, à savoir commencer un livre à n’importe quelle page.

(4) : Ce texte existe en livre audio, ce qui permet de se faire faire la lecture. Une expérience très agréable.

(5) : Merci à Alexis (de imtl.org) pour cette découverte.