Jeudi 19 octobre 2017

Timothy W. Ryback : Dans la bibliothèque privée d’Hitler

Publié le 14 août 2010 par dans la (les) catégorie(s) Articles

Timothy W. Ryback : Dans la bibliothèque privée d’Hitler

Le philosophe Walter Benjamin (1892-1940) soutient qu’il est possible de déduire le caractère et la personnalité d’un individu d’après ses lectures favorites et ses sujets d’intérêt. « Les livres qu’on garde et ceux qu’on écarte, ceux qu’on lit volontiers et ceux qu’on décide de ne jamais lire en disent très long sur ce que nous sommes » (p.15). Ainsi, ce n’est pas le collectionneur qui préserve les livres, ce sont les livres qui préservent le collectionneur. « Non qu’ils vivent en lui, conclut Benjamin. C’est lui qui vit en eux, après la séparation ultime » (p.17) Voir note ci bas.

Lorsque Timothy W. Ryback a entrepris une analyse des livres autrefois contenus dans les bibliothèques privées d’Hitler afin de dresser un portrait du dictateur, il se préoccupait de trouver « un centre moral autour duquel bâtir ce livre », sachant pertinemment bien que tout traitement d’artéfacts personnels de la vie d’Hitler peut dégénérer « en une sorte de voyeurisme historique sans trace d’un contexte plus profond ». La découverte des écrits de Walter Benjamin est venue justifier le bien-fondé de sa démarche dont le résultat final est une étude fascinante et bien différente de tout ce qui a déjà été fait jusqu’à ce jour sur le fameux dirigeant nazi.

Dans un premier temps, Ryback a dressé l’inventaire des livres ayant appartenu à Hitler, ce qui ne fut pas chose aisée. Ses bibliothèques ayant été pillées pendant la guerre puis lentement restituées au fil des ans, les livres sont éparpillés à travers plusieurs pays. Un nombre appréciable de ces ouvrages ont été rassemblés à la Bibliothèque du Congrès, à l’Université Brown au Rhode Island et dans les archives d’histoire contemporaine de l’Obersalzberg. Puis, il a procédé à une analyse minutieuse de chacun des ouvrages afin de s’assurer non seulement qu’il ait bel et bien appartenu à Hitler, mais qu’il l’ait lu. Il a ainsi pu élaborer la liste des livres qui ont marqué Hitler et procéder à l’analyse de leur contenu, des notes manuscrites écrites dans leurs marges ou de leur dédicace.

Il faut dire qu’Adolf Hitler entretenait une relation particulière avec ses livres. Il les déplaçait entre ses différents quartiers généraux et ne laissait à personne le soin de les replacer sur les étagères. Fait étonnant, alors qu’Hitler a créé des registres de ses disques et de ses œuvres d’art, il n’en existe aucun pour ses livres.

Au final, Timothy W. Ryback propose une étude unique en son genre qui permet de jeter un éclairage différent sur la personnalité d’Hitler et de son cheminement intellectuel, le tout avec une mise en contexte historique. Cette analyse est riche en informations de toutes sortes, et l’amateur qui voudrait en lire plus trouvera, à la fin de l’ouvrage, une biographie commentée qui sera fort appréciée. Une fois la dernière ligne du dernier chapitre lue, la locution latine employée par Ryback revient à l’esprit : « Habent sua fata libelli ». Les livres ont leur destinée. Fascinant.

Note : Une phrase lourde de sens pour ce penseur. Walter Benjamin quitte l’Allemagne lorsque Hitler prend le pouvoir et s’installe à Paris. En 1940, des amis l’encouragent à tenter de s’enfuir vers les États-Unis. La rumeur veut qu’il se soit enlevé la vie la veille de son départ, alors qu’il était en Espagne, lorsqu’il a constaté que toute sa bibliothèque, qu’il a fait suivre par un autre chemin, avait été saisie ou détruite.


Timothy W. Ryback
DANS LA BIBLIOTHÈQUE PRIVÉE D’HITLER
LES LIVRES QUI ONT MODELÉS SA VIE

Le Cherche midi, Paris, 2009, 415 pages.

| | Partagez

Mots-clés : , , , ,

Il y a un commentaire pour l'article “Timothy W. Ryback : Dans la bibliothèque privée d’Hitler”.


Commentez cet article

Veuillez respecter les champs obligatoires. Votre courriel restera confidentiel.

Ce site supporte les gravatars.

Vous pouvez employer ces balises HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>